Mary and Jesus Cross Lebanon Christian


Les Frères de la Croix et les Sœurs de Jésus Crucifié

Présentation

Les «Frères de la Croix» et les «Sœurs de Jésus Crucifié» sont deux congrégations religieuses catholiques libanaises, qui ont été fondées il y a vingt ans. Depuis leur fondation, elles se sont déplacées d’une place à une autre pour plusieurs raisons, parmi lesquelles le manque d’un endroit se prêtant à la pratique de leur genre de vie religieuse et de leur spiritualité propres, avant de s’établir dans le diocèse maronite de Jbeil. En effet, Sa Béatitude Mar Bechara Boutros El RAHI lorsqu’il était l’archevêque du diocèse, a confirmé les règles de vie le 8 février 2008 (décret n°2008/4), et ce pour une période ad experimentum de cinq ans, avec la bénédiction et l’approbation de sa Béatitude notre Père le Patriarche, le cardinal Mar Nasrallah Boutros Sfeir. Au terme de cette période, elle sera transmise au Saint Siège pour approbation.

Après avoir constaté que le monde n’a plus besoin de médecin, de parents ou d’artistes…. Et après s’être attaché au monde matériel, pensant qu’ils sont appelés à toutes choses sauf à la consécration à Dieu, Dieu l’Esprit Saint a commencé à développer dans l’âme de certains jeunes le désir de se consacrer entièrement à Dieu, en suivant le Christ chaste et pauvre, L’Unique nécessaire afin de devenir les disciples de la paix et du bien. Y-a-t-il un amour plus grand que celui de s’offrir à Dieu qui s’est offert entièrement à nous ?

Mode de vie

Les deux communautés mènent une vie religieuse selon les antiques traditions et la vie familiale rurale dans toute sa simplicité. Ainsi, elles assurent leurs propres services, lavent leurs vêtements de leurs propres mains, font le feu avec du bois, n’acquièrent ni n’utilisent d’appareils électriques mais des ustensiles, outillages et moyens d’éclairage traditionnels. Quant au mobilier du couvent, il se compose de bancs en bois servant de lits, de tables et d’armoires fabriquées de leurs propres mains.
Ils mènent ainsi une vie religieuse d’expiation, en réparation de leurs péchés et de ceux du monde, unissant vie contemplative et érémitique, mortification, renoncement à soi et humilité à une vie apostolique populaire en simplicité vécue parmi les gens, caractérisée par la bienfaisance et le service absolument gratuit aux pauvres dont les prêtres, à travers les travaux manuels ou agricoles et les services d’ordre social ou spirituel sans contrepartie. Ainsi ils mettent en pratique la parole du Christ : «Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement» (Mathieu 10/8)
Ils ne portent jamais d’argent sur eux, se fiant à la providence conformément à la parole de Jésus: « Ne vous faites pas tant de souci pour votre vie, au sujet de la nourriture, ni pour votre corps, au sujet du vêtement… Ne vous inquiétez pas pour le lendemain: le lendemain s’inquiètera de lui-même. A chaque jour suffit sa peine» (Mathieu 6/34). Ils se rappellent toujours ce qui est dit dans la tradition apostolique: «Dieu leur enverra ce dont ils ont besoin à travers les bienfaiteurs dont ils feront la connaissance au cours de l’exercice de leur mission». Ils recevront d’eux de quoi subvenir à leurs besoins quotidiens tandis que le reste sera distribué aux pauvres, par l’intermédiaire des membres de l’association de bienfaisance laïque appelée «Ictus du Cœur Immaculé de Marie» dépendant des deux congrégations, sous la supervision du moine économe des Frères de La Croix et de la moniale économe des Sœurs de Jésus Crucifié

L’appellation :

A- « Frères et Sœurs »: pour confirmer leur choix de vivre la simplicité dans une vie communautaire, en une seule famille unie avec un seul père qui est le Père et une seule mère, pour les deux congrégations, qui est la « Dame du Couvent ». A l’exemple de la Sainte Trinité, qui n’est qu’amour et don gratuits. Ils œuvrent selon les conseils fraternels, unis dans la foi et la doctrine, dans la pensée et le cœur, dans la spiritualité et l’unique tradition religieuse sachant que leur vie d’amour mutuel est le reflet de leur vie avec Dieu.
B- « Jésus » est le Saint-Nom pour lequel ils ont tout abandonné et L’ont suivi. Il est le Verbe qui s’est fait chair (Jn14 :1) et Emmanuel dont le nom mérite l’adoration.
C- « La Croix et le Crucifié » : La croix incarne l’union verticale avec Dieu dans une vie de contemplation et horizontale avec les hommes dans une vie apostolique avec le prochain, ajoutant aux trois vœux connus (la pauvreté, la chasteté et l’obéissance) deux autres vœux qui sont :

1- L’humilité: que l’on apprend du Christ qui s’est anéanti, prenant la forme d’esclave ( Phil 2 :7), se considérant Fils de l’homme (Mt 20 :18), et à l’exemple de Marie trois fois Vierge, car « le Tout Puissant a fait par moi des merveilles » (Lc 1 :49). Ils restent dans les dernières places, près des pauvres et des plus démunis pour les encourager et les consoler, insistant sur la présence des moines frères plutôt que sur celle des moines prêtres. Chacun moine/moniale revit annuellement son noviciat, pour un mois et ils se lavent les pieds les uns aux autres chaque Jeudi.

2- La souffrance: ils choisissent le plus près de Jésus Crucifié pour partager le mystère de la Rédemption en portant la Croix autant que Dieu l’a voulu à chacun « je complète ce qui manque aux tribulations du Christ en ma chair» (Col 1 :24). Ce vœux permet aux autres vœux de s’unir à la Croix, imitant la vie des ancêtres dans leurs villages, partageant avec les démunis, leurs privations d’une vie convenable, agréable et respectueuse…

Dualité de la vie érémitique et apostolique

La Sainte Bible est la racine et la source qui les alimente.

1- A travers une vie de communauté érémitique fortifiée qui rappelle la retraite de Jésus dans les déserts pour prier (Lc 5 :16), tout en conservant le caractère érémitique individuel, source de force, leur permettant de persister dans leur vocation monacale et leur vie spirituelle.

a- Leur journée est centrée sur la Sainte Messe qu’ils célèbrent avec une piété ardente, ainsi que les sept prières liturgiques en leur temps précis, renforcées par certaines pratiques de dévotion en rapport avec le temps liturgique. Ils insistent également sur l’importance de la paternité spirituelle, l’apprentissage, la révélation des pensées. Enfin ils veillent l’exactitude du programme quotidien et à son observance fidèle.

b- Ils tiennent à assurer la clôture du couvent dans ses aspects monastiques les plus parfaits. Ils veillent aussi à offrir une bonne hospitalité aux visiteurs dans un lieu proche du couvent.

c- Ils récitent, les sept offices traditionnels imprégnés de la Bible. Ils se lèvent à minuit pour la prière nocturne récitant une diversité liturgique riche de divers rites.

d- Ils instituent une adoration quotidienne permanente devant le Saint Sacrement dans leurs couvents, répartie sur les moines et les moniales; et œuvrent à l’assurer dans tous les diocèses où ils sont demandés pour mission, comme ils l’ont fait quand ils ont consacré les paroisses au Cœur Immaculé de Marie.

e- Ils vivent la vie simple de famille villageoise, avec toutes les difficultés et la cruauté de cette vie, ils n’ont pas de serviteurs à leur disposition, et n’utilisent que les instruments et outils traditionnels et opteront pour le travail des champs sans distinction entre eux, unissant la prière au travail «ora et labora ».

f- Ils vivent les conseils évangéliques à travers leurs vœux monacaux, dans la simplicité et la transparence comme l’Eglise les a compris et les ont enseignés les Saints Pères de l’Église : Saint Ishac le Syriaque et Saint Cassien.

g- Ils conservent un aspect austère collectif et individuel dans leur vie, associé à l’obéissance. Ils prennent deux repas par jour, sans manger de viande ni boire d’alcool.

h- Ils veillent à assurer une culture et une formation spirituelle profonde dans la vie monastique, basée sur la Sainte Bible, les enseignements de l’Eglise et des saints pères - dans la théologie et la liturgie - selon ses directives.

i- En appliquant la servitude gratuite absolue dans leur travaux et services, ils apprennent aux gens la joie de donner et de servir sans profit ni amour du gain.

2- A travers une vie apostolique semblable à la mission de Jésus dans la pauvreté :

a- Ils sont envoyés avec la bénédiction de leurs servants, deux à deux, à pied, ils sont les apôtres des rues: ils ne se procureront ni monnaie, ni nourriture, ni chaussures ni deux tuniques (Mt. 10 :10), une pauvreté évangélique radicale. Ils s’appuient sur la Providence Divine en toute affaire temporelle, et comme les bergers, ils chercheront les brebis perdues où qu’elles soient.

b- leur mission consiste dans le témoignage de la vie, annonçant l’amour de Dieu Trinité et incitant les gens à s’engager à vivre une vie chrétienne et à se soumettre à l’autorité de l’église et à ses enseignements, à pratiquer les sacrements, à adorer le Saint Sacrement, à honorer les saints, de la nécessité de la prière, du jeûne et des austérités chrétiennes (sobriété), de l’obéissance des enfants à leurs parents, des femmes à leurs époux et du peuple à ses prêtres et à ses pères spirituels, de l’amour des époux à leurs épouses.

c- Ils indiquent l’importance de la fidélité de l’ouvrier à son travail; ils sèment la paix et le bien et cherchent à éradiquer le faux jugement et les conflits…

d- Ils aident les personnes à résoudre leurs problèmes et œuvrent à consoler les affligés, à visiter les patients dans les maisons et les hôpitaux, à assister les agonisants dans leurs derniers moments pour qu’ils puissent accomplir leurs devoirs religieux, se repentir et trouver un prêtre pour le Viatique.

e- Ils aident les prêtres des paroisses à s’occuper de l’éducation des enfants, à les préparer à la première communion et à poursuivre leur éducation spirituelle dans le cadre des mouvements apostoliques paroissiaux.

f- Ils se libèrent de tous les liens avec les institutions sociales quelles qu’elles soient, et tiennent à visiter les maisons, une à une, et les institutions qui le leur permettent, consolant ainsi les handicapés, les personnes âgées, les orphelins, les malades et accompagnant surtout les agonisants.

g-Ils œuvrent pour répandre la vraie dévotion à la Vierge Marie pleine de grâce, en la faisant connaître, en imitant ses vertus, et en diffusant la consécration à Son Cœur Immaculé et en insistant à réciter le saint rosaire.

h- Les sœurs œuvrent surtout à assurer une éducation chrétienne gratuite pour les enfants en les recevant autant, que possible, par groupes successifs.

i- La mission des sœurs dans leur monastère ne se limite pas seulement à l’éducation des enfants mais elle a également à cœur d’assurer des retraites spirituelles gratuites aux jeunes filles, dans le pavillon consacré aux visiteurs. Actuellement, et malgré l’exiguïté des locaux, on a accueilli un certain nombre de jeunes filles dont certaines étaient des droguées, d’autres exposées au suicide; elles ont alors retrouvé la joie et la paix du Christ qu’elles ne trouvaient pas dans un monde de plaisirs éphémères. Que de femmes mariées sont venues avec l’intention de se séparer de leur époux et de quitter leur famille et ont découvert l’importance du rôle de l’épouse et de la mère !et que de personnes qui sont venues occasionnellement pour une simple visite et qui en sont reparties changées, touchées par ce mode de vie, trouvant le vrai sens de la vie.

Caractéristiques et objectifs

Ce qu’ils visent par leur spiritualité propre, et le considèrent comme l’essentiel de leur vocation, sans outre mesure, c’est de témoigner par leur vie que l’Evangile peut être vécu, sans la concentration sur les conséquences :

a- L’importance du but en suivant le Christ de près, «nous reflétons tous l’image de la gloire du Seigneur avec des visages découverts.» (2 Cor 3/18), car le fondement et le but de leur vie, c’est d’accomplir la volonté de Dieu, de persévérer pour atteindre la perfection et la sainteté sans lassitude et le désir de vivre les commandements les plus grands dans l’union avec Dieu et de L’aimer « Tu aimeras le Seigneur et ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. Tu aimeras ton prochain comme toi-même. (Mc 12 :30-31).

b- Appeler à transmettre la foi, et la confiance absolue en la Providence divine à travers l’exemple de leur propre vie, sans pour autant avoir recours à l’assurance quelle qu’elle soit : assurance médicale. Les gens doivent savoir alors que « c'est l'Esprit qui fait vivifie, la chair ne sert de rien » (Jn 6/64), ni d’assurance de vie ni des provisions pour le lendemain: ils apprendront ainsi aux gens à se livrer à la Providence Divine: « ne vous inquiétez donc pas du lendemain : à chaque jour suffit sa peine.» (Mt. 6 :34) et comme le Seigneur Jésus l’a dit : «Donne-nous chaque jour notre pain quotidien» (Lc 11 :3).

c- S’abstenir de porter de l’argent et à l’utiliser : «La racine de tous les maux, c’est l’amour de l’argent.» (1 Tim. 6 :10). Et le fait de ne disposer d’aucune propriété pousse les gens à s’attacher à Dieu en premier « Car nous n’avons pas ici-bas de cité permanente, mais nous recherchons celle de l’avenir» (Hb. 13 :14)

d- Penser à la Sagesse de Dieu, soumettre la raison et peser toutes les opinions à travers la foi « car la sagesse de ce monde est folie auprès de Dieu. » (1 Cor. 3/19)

e- S’attacher fidèlement aux fondements de la foi et aux cinq enseignements : de la Sainte Bible, des traditions apostoliques et des patristiques, des résolutions des conciles, du catéchisme de l’Eglise Catholique (promulgué par le pape Jean-Paul II et le Conseil des évêques du monde du 11 octobre 1992), de la Sainte liturgie traditionnelle, refusant tout enseignement contemporain qui s’y oppose.

f- Se soumettre à l’autorité de l’Eglise locale même si les deux congrégations sont pontificales, elles ne peuvent pas s’y soustraire.

g- S’ouvrir aux autres religions et aux athées à travers le dialogue rationnel et logique basé sur la règle d’or : « Ainsi, tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le vous-mêmes pour eux» (Mt 7 :12). Lors du Jugement dernier, l’homme sera jugé en premier, quelque soit sa croyance, selon cet éminent principe, et selon la connaissance qu’il a atteint à travers l’évangélisation, ou s’il a négligé de se reconnaitre à elle, comme s’il se nie par rapport à ses racines.

h- La Congrégation « Maran Ata » du Cœur immaculé de Marie : Cette association a été fondée dans le but de se sanctifier pour être comme le levain par leur exemple, et leur fidélité à l’Evangile, par le respect du clergé et de l’autorité de l’enseignement de l’Eglise afin de la défendre, et propager le Royaume de Dieu dans les cœurs, ainsi que de travailler dans le but de protéger la vie, la vérité et la morale. Les membres de cette association accompagneront les deux congrégations dans toutes leurs activités apostoliques au Liban et à l’étranger.

i- La Fondation « Ictus du cœur immaculé de Marie » :Comme les disciples ont choisi sept hommes de bonne réputation pour prendre soin des pauvres, et que les premiers se consacrent à la prière et au service de la Parole (Act 6 :7), et pour que les moines et moniales se consacrent entièrement à Dieu, le frère Raphaël a fondé cette association caritative qui œuvre sous la direction et l’aide d’un moine et d’une moniale, afin de s’occuper des affaires temporelles des pauvres sous la devise de « la gratuité dans le service et la recherche du démuni au lieu de l’attendre et ce en se confiant à la Providence Divine ».

Réalité et espoir

Le besoin très urgent d’assurer un monastère aux sœurs a poussé les administrateurs du legs pieux de Saint Siméon le Stylite à Mechéhlan, sous l’égide de Sa Béatitude Mar Béchara Boutros El RAHI, quand il était l’Archevêque de diocèse de Jbeil, à offrir une parcelle de terrain dans leur commune, d’une superficie de 10.500 m² pour y édifier:

1- Le premier monastère de notre congrégation sous le vocable de «Notre Dame Revêtue du Soleil, Epouse du Saint Esprit» (27 mètres de long x 27 mètres de large).
2- Un centre gratuit pour la formation morale et chrétienne des enfants, sous le vocable de «l’Enfant Jésus» (40 mètres de long x 30 mètres de large), composé de trois étages de 1.250 m² chacun.
3- Une église sous le vocable de Dieu «Père de tous les Peuples» (27 mètres de long) avec une salle de la même superficie pour les activités des enfants.
4- La «Tour de La Croix» (d’une hauteur de 14 mètres) comprenant une chapelle et une salle de réunions.
5- Le Foyer «Saint Joseph» pour l’accueil des visiteurs locaux et étrangers et des femmes, jeunes-filles et familles entières pour des retraites spirituelles (14 mètres de long x 9 mètres de large).
6- Un corridor hivernal sous terre pour les enfants entre le centre de formation, l’église et la salle, (33 mètres de long x 3 mètres de large).

Travaux de Construction
Dans la première étape, la Providence nous a aidées à achever : les travaux d’excavation pour le monastère, le centre destiné aux enfants et la salle en dessous de l’église, une partie du mur de soutènement côté Ouest et les 2 murs de soutènement côté Est et Sud du centre de formation et une partie du réservoir d’eau ainsi que les travaux de maçonnerie du sous sol et d’une partie du 1er étage.

N.B: - Si les Frères de la Croix ne trouvent pas un couvent pour accueillir les vocations en attente, ils en construiront un sur le terrain qui leur sera offert ultérieurement.

- Le deuxième et quatrième Dimanche de chaque mois seront consacrés à une rencontre pour les appelés à la vie consacrée à l’endroit consacré au projet (Mechéhlan, Eddé - Jbeil).

Pour plus d’information, veuillez contacter:

Portable: +961 70 12 14 83 ou 961 70 57 13 99
Téléphone: +961 1 25 90 70
Fax. +961 1 25 70 40
E-mail : info@maryandjesuscross.com
Boite Postale : 12 – Amchit. Jbeil - Liban

- « Mesure ton aumône à ton abondance » mais n’hésite pas à faire l’aumône». (Tobie 4/9).
« Et quiconque donnera seulement un verre d'eau froide à l'un de ces petits parce qu'il est mon disciple, je vous le dis en vérité, il ne perdra point sa récompense (Mt 10 :42)

Pour aider les deux congrégations dans l’œuvre de Dieu, vous pouvez faire don à la Banque CREDITBANK : Swift code : C.B.C.B.L.B.B.E ,à l’ordre des Frères de la Croix et des Sœurs de Jésus Crucifié au compte no 9032652
Pour les virements bancaires IBAN no :
LB95010300121002859032652003 (Livres Libanaises)
LB94010300121012859032652006 (Devises étrangères)

Vu que le bâtiment à édifier sera construit en entier de la pierre naturelle simple, ainsi tous les croyants peuvent offrir: une poutre en bois, une pierre rocheuse, ou tout autre matériaux de construction et équipement ainsi que toute aide dans le domaine de la construction, ou les frais de mains d’œuvres, chacun selon ses moyens et le domaine de sa compétence. De ce fait, chaque famille ou personne contribuera à la construction de ces couvents et centres qui n’appartiennent pas uniquement aux religieux et religieuses mais aussi aux enfants du Liban et aux nouvelles générations et à la jeunesse désorientée.

Note:

Nous souhaitons construire notre projet, mais nous nous excusons d’accepter les donations des bienfaiteurs suivants :
Les trafiquants de drogues et de stupéfiants, les propriétaires de boîtes de nuit, les gagnants aux jeux d’argent, les usuriers, les avares envers leur famille, toute personne qui gagne des sommes malhonnêtes, qui prive l’ouvrier de son droit, qui protège l’oppresseur contre l’opprimé, toute personne qui encourage l’avortement et sont pour l’euthanasie surtout parmi les médecins, tout individu ou société qui encourage le contrôle du nombre de naissances, le propriétaire d’un commerce ou d’une pharmacie qui expose des photos, des médicaments, des revues, films ou autres éléments pornographiques, les propriétaires des chaînes de télévision ou de radio, les annonceurs qui diffusent des programmes qui touchent à la morale et qui méprise la religion et clergé, les artistes qui propagent l’art immoral.
Tous les chefs locaux, responsables de sécurité, politiciens ou ambassades qui ne demandent pas publiquement l’arrêt et l’abolition de tout ce qui touche la morale précitée et qui méprise la femme libanaise et étrangère.

Les témoignages des évêques et des accompagnateurs spirituels

Ils sont un groupe qui s’approche de l’ascétisme dans son vécu, et s’engage dans une mission commune qui parvient aux pauvres et le populaire. Ils sont guidés par l’esprit de l’Evangile et l’abandon total à la Providence Divine et le renoncement total de l’argent et des biens et font preuve d’une vie communautaire engagée, d’un amour fraternel, et ils ont acquis une profonde compréhension des « conseils évangéliques ».
Sa Béatitude le Patriarche Mar Béchara Boutros El Rahi (lorsqu’il était l’Evêque de l’Evêché Maronite de Jbeil - 2007)

Sans cette caractéristique de pauvreté et de gratuité absolue dans votre service, et votre vécu dans la Providence Divine, votre fondation n’aurait pas de raison, ni votre existence comme un nouvel ordre religieux. Ce siècle a un grand besoin de votre spiritualité.
L’évêque Georges Abi Saber (Ancien Évêché de Deir el Ahmar - 1989)

Ce qui m’a encouragé à adopter ces Frères et Sœurs, ce sont les nombreuses caractéristiques dont ils jouissent: la pauvreté totale, ne jamais se procurer de l’argent, le non-engagement dans des institutions sociales. Ils ont laissé le soin de leurs affaires financières et temporelles à la congrégation laïque qu’ils ont créée.
Évêque Chukrallah Harb (Evêché de Jounieh – 1999)

Ils ont choisi de suivre le chemin de l’ascétisme maronite oriental ; ils ont opté entièrement pour la pauvreté, choisi de vivre comme Jésus avec ses disciples… Ils forment un groupe de prière qui se consacre à la recherche de Dieu. Leur mission est une mission de prière, de témoignage et de simples services gratuits; à travers cela ils communiquent la Parole de l’Evangile aux familles et aux individus.
Abbé Athanassius el Jalkh, (Ordre Libanais Maronite – 1999)

Leur spiritualité porte un aspect érémitique austère similaire à la vie monacale ancienne que l’Eglise a connue, le vrai visage des Frères de la Croix est un visage ascétique contemplatif complété par un aspect apostolique bien que limité…
Père Joseph Fahd (Trappiste – 2001)

Ils sont un trésor spirituel agréable et distingué, quoique ancien en ce siècle dominé par la matière, le luxe, les plaisirs et le bien-être, car l’homme opte à se débrouiller sans Dieu.
Père Hanna Khadra (Père Antonin - 2007)

Sans doute, les sœurs tentent un retour aux sources de la vie monastique orientale et leur souci est de vivre la radicalité de l’Evangile.
Sœur Esther Eid (Ordre des Sœurs Antonines – 2007)

Monks of the Brothers of the Cross - Nuns of the Sisters of Jesus Crucified Website developed by DiscoverLebanon.com